Société de location d'espaces de stockage, de toutes tailles et à des prix attractifs, située à Berzée (Walcourt - Namur)


  Gros salaires
Catégorie : Aucune
Ajouté le : 08/05/2018
Auteur : christian
Lectures : 380
Vote désactivé

Qui payent les salaires des sportifs connus et surtout footballeurs ?
Voici un article récent qui donne une première explication
La Premier League anglaise de football a annoncé mardi avoir vendu des droits TV d'un montant record de 5,1 milliards de livres (6,9 milliards d'euros) aux opérateurs Sky et BT, qui conserveront leurs parts respectives pour la période 2016-2019. L'opérateur historique Sky pourra diffuser en direct 126 matches sur cette période tandis que son ambitieux rival, BT, en a obtenu 42. Ils ont conservé la proportion de matches dont ils disposaient actuellement et aucun troisième opérateur ne s'est invité dans ce partage. Cette somme faramineuse (2,3 milliards d'euros par saison) constitue un bond de 70 % du montant des droits pour la période en cours (2013-2016), qui avaient déjà atteint un record. En moyenne, les opérateurs vont débourser 10,19 millions de livres pour pouvoir diffuser chaque match (13,71 millions d'euros). Cela représente trois fois le montant de droits de la Ligue 1 française (748,5 millions d'euros) et 2,25 fois les droits italiens (915 millions d'euros).
 « Sky Sports et BT Sports ont accompli un travail magnifique pour amener les matches aux fans et fournir des revenus qui permettent aux clubs d'investir dans le football, les installations, la formation des jeunes et de leurs communautés, a salué le directeur général de la Premier League, Richard Scudamore. « La prolongation et l'amélioration de ces partenariats de diffusion aujourd'hui valident ce que la Premier League fournit. » Dans le détail, Sky a obtenu cinq des sept lots attribués par la Premier League, dont les gros matches du dimanche après-midi. Il a aussi obtenu ceux du vendredi soir, une nouveauté pour la Premier League, qui proscrivait jusqu'à présent tout match ce jour de la semaine.
Ainsi les revenus principaux des clubs proviennent des chaînes de télévision ; Comment ces chaînes parviennent-elles à proposer des montants pareils ? en augmentant les tarifs de leur annonceurs habituels.
Ces annonceurs appartiennent pour la plupart à de grands groupes multinationaux (Nestlé, l’Oréal,….) qui incluent ces frais publicitaires dans leurs prix de ventes ; en final les consommateurs des pays concernés c’est-à-dire vous et moi payent par ce circuit les salaires absolument inconcevables de ces bénéficiaires qui en plus s’adonnent de cette façon à leurs hobby chaque jour de l’année. Ne dit-on pas qu’ils «jouent au football » ?
En voici un autre
Le Portugais est le sportif le mieux rémunéré en 2016 du Real Madrid a amassé 32 millions de dollars sur les douze derniers mois grâce à ses contrats de partenariat et autres publicités, selon le classement de Forbes publié mercredi sur son site internet. Ronaldo devance ainsi son L’attaquant grand rival, l’Argentin Lionel Messi. Le quintuple Ballon d’Or a gagné 81,4 millions de dollars sur la même période, dont 32 millions grâce à ses divers partenariats. LeBron James, vedette de Cleveland Cavaliers et joueur NBA le plus célèbre de la planète, occupe la 3e place avec 77,2 millions de dollars, devant Roger Federer, ancien N.1 mondial de tennis (67,8) et le joueur de basket d’Oklahoma City Kevin Durant (56,2). L’actuel roi du tennis masculin Novak Djokovic, vainqueur dimanche de Roland Garros, fait son entrée dans le top 10 avec une 6e place et 55,8 millions de dollars. Le Britannique Lewis Hamilton, champion du monde en titre de Formule 1, pointe quant à lui à la 11e place avec 46 millions de dollars.

Les consommateurs en général ont le sentiment que rien ne peut être fait, selon moi si la publicité pourrait être ignorée(par exemple en n'achetant pas les marques de la publicité mais en privilégiant leurs concurrents,bio de préférence) on aurai ainsi un "dégonflage" des publicités en question(qui sont souvent débiles avec en primes diminution des prix de vente si l'action est suivie).
On peut toujours rêver, non ?